Archives du mot-clé réseaux sociaux

La liberté d’expression sur les réseaux sociaux

Cet article est un extrait du texte publié par Bérangère Blondeau et Divina Frau Meigs, les auteurs du MOOC DIY EMI, juin 2015.

En chiffres

La liberté d’expression est impactée par internet et les réseaux sociaux qui désormais sont à traiter come des médias. Les réseaux sociaux font confluer médias papier, audiovisuel et numérique. Cette convergence entraîne des changements irréversibles dans la communication comme dans l’information.

https://wronghands1.wordpress.com/gallery-3/#jp-carousel-1103

De nouveaux entrants de toutes tailles, sans culture médiatique de départ — des spécialistes tout en ligne (pure players) aux jeunes auto-publiants —, viennent transformer la donne. Toutes sortes d’acteurs et d’opérateurs exercent des activités médiatiques ou simili-médiatiques. Ils bousculent les codes pré-numériques, en s’appuyant sur la structure des réseaux sociaux et sa vision intégrée de la coopération et de la participation des usagers. Ils donnent le sentiment d’une convivialité facile, voire gratuite, qui naturalise les médias, c’est-à-dire les inscrits dans une sorte d’évidence ambiante qui émousse le sens critique.

https://wronghands1.wordpress.com/gallery-3/#jp-carousel-1103

Dans ce contexte de plateformes mondialisées et transfrontières, la liberté d’expression, en principe, s’applique également en ligne. Dans les faits, elle tend à relever d’abord du droit américain qui ne reconnaît pas les mêmes limites historiques que le droit européen ou français (négationnisme, discours de haine, antisémitisme…). Les problèmes sont complexes : la porosité des frontières nationales dans un média transfrontière, la confrontation des différents régimes de droit, les situations inédites ( les blogs sont-ils des médias ?….).

A l’école, l’entrée des médias numériques est facilitée par les usages des jeunes qui naviguent sur toutes sortes de supports facilement accessibles (tablettes, portables, téléphone…). Ils confèrent à toute personne des capacités lui permettant de contrôler la chaîne éditoriale de l’information, de sa production à sa mise en ligne pour diffusion à sa recommandation et reproduction. Elle fait de tout élève un média en puissance à lui tout seul, sinon un journaliste professionnel. La séparation classique en EMI entre le décryptage d’un média et l’expression de l’élève est aussi remise en question et fragilisée.

A l’élève, l’EMI fait comprendre ce qu’est un réseau social, à quoi il ressemble, qui y participe, quel est son fonctionnement, ses règles. Elle donne des clefs de lecture et les moyens de participer, de se protéger et de modifier son comportement sur les réseaux. Il se familiarise aussi au décryptage de l’information en ligne : vérification des sources, modes de référencement et manipulations du

http://www.cemea.asso.fr/Ressources-Expos/IMG/pdf/Expo_Reseaux_Sociaux.pdf

Le rôle de l’enseignant en EMI consiste à accompagner la réflexion critique sur les réseaux sociaux et les plateformes tout autant que sur les organes de presse (identité numérique, expression personnelle en ligne…).Il vise à bien mettre en évidence les mécanismes de décryptage et peut le faire par la formation à l’utilisation des outils et des ressources numériques. L’EMI favorise la sensibilisation aux droits et aux devoirs liés à l’usage de l’internet et des réseaux, qu’il s’agisse de la protection de la vie privée ou du respect de la liberté d’expression.

L’EMI utilise tous les moyens mis à disposition par le Web 2.0 (Pinterest, Instagram, Scoop.it…) pour que les élèves exercent leur liberté d’expression dans des projets dédiés. Il ne faut pas confondre l’usage strict des outils numériques (TIC) au service d’une discipline comme le français, les maths ou histoire et son usage au service du médiatique. La finalité de l’EMI n’est pas l’usage des outils en tant que tels mais l’acquisition de l’esprit critique, la compréhension et la citoyenneté : le médiatique n’est pas soluble dans le numérique même si ce dernier emprunte la plupart de ses codes aux médias. Par exemple, faire une « tweet dictée » en classe de français ne relève d’un projet d’EMI que s’il y a une véritable réflexion sur la communication de l’information par Twitter et le travail collaboratif en ligne enrichi d’une pratique réflexive et critique.

Source: MOOC DIY juin 2015

COMMENT VÉRIFIER L’INFORMATION À L’ÈRE DES MÉDIAS SOCIAUX ?

L’internaute fait face aujourd’hui à des milliers d’articles publiés sur le Web (infobésité), comment vérifier l’Information partagée sur les réseaux et médias sociaux ? Comment identifier les sources fiables ?… By Jérôme Deiss

à lire ici

Utiliser les réseaux sociaux pour se former

« Plusieurs professeurs utilisent les réseaux sociaux à des fins personnelles, que ce soit en entretenant des relations d’amitié grâce à Facebook, en suivant sur Twitter des gens qui partagent leurs intérêts ou en consultant des blogues traitant de sujets qui les passionnent. Si ces professeurs se joignaient à des groupes pédagogiques ou s’ils entraient en contact avec des collègues ou avec des experts de leur domaine, serait-il possible que les réseaux sociaux leur permettent de se développer professionnellement ? » Dans la revue de l’AQPC, Michelle Deschênes conclue plutôt positivement…

A LIRE ICI