Le journalisme participatif – Par Franck Rebillard, professeur à l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

Journalisme participatif, journalisme amateur ou journalisme citoyen en version française, participatory journalism, grassroots journalism, citizen journalism, en version originale, toutes ces expressions ont fait florès dans les années 2000. Elles tendent à désigner un même phénomène au final : l’intervention de non-professionnels dans la production et la diffusion d’informations d’actualité. Si une telle définition peut convenir, dans l’absolu, à tous les types de supports médiatiques (presse, radio, télévision), force est de constater que l’emploi des expressions précitées a été contemporain du développement de l’Internet. Plus précisément, l’idée même d’un journalisme participatif a véritablement pris son essor avec la vogue autour du Web 2.0 : les facilités de publication en ligne procurées par les blogs ou les plateformes dédiées ont alors laissé espérer une prise en main de l’information par tout un chacun. Près de dix années plus tard, qu’en est-il advenu ? En nous centrant principalement sur les sites de journalisme participatif, notamment en France, nous verrons qu’à une phase initiale largement baignée d’utopie a succédé une intégration progressive par les professionnels de l’information et l’industrie des médias. Pour autant, il reste du projet participatif de départ des originalités susceptibles à la fois de renouveler les pratiques journalistiques et d’offrir des espaces pour une information alternative.

Lire l’article

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s